Portrait de Science | 3 Questions à Pascale Vigneron

Portrait de Science

Pascale Vigneron, Ingénieure d’étude au laboratoire Biomécanique et Bioingénierie 

Quel est votre parcours ?

Entre 1989 et 1991, j’ai suivi un BTS en biotechnologie. Durant ce BTS j’ai eu la chance d’effectuer un stage au laboratoire de Biologie Moléculaire et Cellulaire du Développement (qui s’appelle aujourd’hui le Laboratoire de Biologie du Développement). Ce stage s’est très bien passé et à la suite de celui-ci j’ai été contactée par le directeur du laboratoire qui m’a annoncé qu’un concours externe au grade de technicien était ouvert en septembre 1991. À ma grande surprise j’ai réussi ce concours et j’ai intégré l’Unité en décembre 1991. Au sein de ce laboratoire, j’ai effectué des cultures cellulaires diverses et variées allant de la drozophile à la souris, en passant par les bactéries et les levures. J’ai également pratiqué de nombreuses techniques de biologie moléculaire à commencer par des séquençages d’ADN manuels ! En 2005, j’ai souhaité me rapprocher de mon domicile et j’ai saisi l’opportunité d’effectuer une mobilité interne en NOEMI* au laboratoire BMBI. Cela a été une nouvelle aventure, avec de nouveaux modes de fonctionnement et domaines d’étude. Il y a donc eu une période de transition durant laquelle des collègues bienveillants m’ont transmis leurs savoirs, ce qui m’a permis de mettre en application mes connaissances sur ces nouveaux domaines. Ce qui me plait beaucoup au laboratoire BMBI, c’est l’interdisciplinarité des recherches qui me mène à avoir des interactions avec des personnes dont les domaines d’expertise sont différents : des chimistes, des biologistes, des métallurgistes, des  médecins... 

Quelles sont vos différentes casquettes au sein du laboratoire ?

En tant qu’ingénieure d’étude je participe à de nombreux projets du laboratoire (expériences, formations sur les techniques et les équipements) ; je recherche, optimise et adapte de nouvelles techniques et je prends part à la valorisation de la recherche en participant à des congrès ou en contribuant à la rédaction des publications. D’autre part, je suis assistante de prévention, j’ai un rôle de conseil et de sensibilisation du personnel afin qu’il travaille en sécurité. Je m’occupe également de l’accueil des nouveaux arrivants par la distribution de fiches et de livrets de prévention et via l’organisation de réunions d’information biannuelles. Enfin, j’ai une troisième activité, qui est plus ponctuelle : la communication envers le grand public. Depuis 2006 je participe au village des sciences de l’UTC en animant des ateliers. En 2012 j’ai intégré le comité d’organisation de la fête de la science à Compiègne. J’y anime un atelier intitulé «De Capitaine Crochet à Iron Man». On y parle des biomatériaux et des tests de biocompatibilité sur une collection de prothèses mammaires, d’articulations ou de vaisseaux sanguins... En parallèle de ces activités, je suis également nommée au conseil de laboratoire, membre du groupe  Qualité de Vie au Travail  et sauveteur secouriste du travail. 

Une photo de Pascale Vigneron devant le Kinkaku-Ji, le pavillon d’or à Kyoto en 2018.« Souvenir d’un super voyage au Japon dans le cadre d’un congrès» ©L. Boulais

Quelles sont vos activités de médiation scientifique et que vous apportent-elles ?

J’aime beaucoup animer cet atelier qui a la particularité de toucher beaucoup de monde, car finalement on est tous concernés par les biomatériaux. Il m’arrive de faire des rencontres improbables sur les ateliers et d’avoir des retours d’expérience de personnes qui sont porteuses de prothèses. C’est satisfaisant car les visiteurs sont contents et nous remercient, et puis chaque jour j’apprends quelque chose de nouveau que je peux transmettre. Le Village des Sciences est un dispositif important avec 5000 scolaires sur 4 journées d’affilée. De plus, cette émulation crée des liens avec les collègues qui sont différents de ceux créés au quotidien dans le laboratoire. En 2019, j’ai participé à l’organisation et au déploiement de l’exposition itinérante des 80 ans du CNRS, et cela m’a permis de rencontrer des collègues d’autres laboratoires. Je garde de très bons souvenirs de cette expérience. 

Mini biographie

Pascale Vigneron
Métier : Ingénieure d’étude en techniques biologiques
1991 : Arrivée au CNRS en tant que technicienne au laboratoire de biologie moléculaire et cellulaire du développement*
2002 : Promotion par concours interne dans le corps des Assistants Ingénieurs
2005 : Arrivée au laboratoire BMBI suite à un NOEMI
2018 : Promotion au choix dans le corps des Ingénieurs d’Etude
Citation : « Seul on va vite, mais ensemble on va plus loin »