Innovation

La circonscription Hauts-de-France du CNRS est reconnue pour la qualité des activités de recherche menées dans ses laboratoires et pour sa capacité à transférer, vers le monde socioéconomique, les résultats issus de cette recherche. Laboratoires communs avec des entreprises, contrats de recherche partenariale, licences de brevets, création de start-up, etc. sont autant de canaux permettant aux acteurs du monde socioéconomique de bénéficier des innovations développées dans les laboratoires du CNRS.

Des dispositifs permettant une meilleure connexion entre les laboratoires et les acteurs du monde socioéconomique

La région Hauts-de-France est un territoire fertile en matière d'innovation ; elle bénéficie d'une grande diversité de dispositifs destinés à renforcer les collaborations de recherche entre les acteurs des secteurs public et privé.

Pôles de Compétitivité

Sous l'impulsion de l'Etat, les entreprises et les laboratoires du CNRS des Hauts-de-France ont contribué, dès les années 2000, à la création de plusieurs Pôles de compétitivité. Ces Pôles ont vocation à accompagner l'émergence de partenariats public/privé via des projets communs ambitieux répondant à des enjeux sociétaux. Chacun de ces Pôles possède un domaine d'activité spécifique répondant aux problématiques de filières industrielles : chimie, matériaux, textiles techniques avec le Pôle EuraMaterials ; agroalimentaire, biotechnologies, santé avec le Cluster NSL ; transports avec le Pôle i-Trans ; agriculture, bio-ressources, énergie avec le Pôle IAR ; écotechnologies, environnement avec le Pôle Team2 ; valorisation des produits aquatiques avec le Pôle AquiMer. A ces Pôles de Compétitivité s'ajoute également le Pôle d'Excellence Euralogistic dans le domaine de la logistique et du supply chain

IRT & ITE

Dans le cadre du programme "Investissements d'avenir", les Instituts de Recherche Technologique (IRT) et les Instituts pour la Transition Energétique (ITE) sont des instituts thématiques pluridisciplinaires rassemblant les compétences de l'industrie et de la recherche publique. Se plaçant dans une logique de co-investissement public/privé et de collaboration étroite entre acteurs, leur vocation est de renforcer les écosystèmes constitués par les Pôles de compétitivité

Basé principalement à Valenciennes, l'IRT Railenium porte un projet d'envergure européen dont l'ambition est de devenir le leader mondial pour la R&D, l'innovation et l'ingénierie de formation en matière de matériels roulants et d'infrastructure ferroviaire. Cet IRT contribue à promouvoir des systèmes ferroviaires plus économes, avec des performances de capacité, vitesse, sécurité, régularité supérieures, à l'empreinte environnementale réduite et ouvert sur l'espace européen

L'ITE PIVERT, basé à Compiègne, développe à partir de composés biosourcés, des produits et des procédés industriels, performants et respectueux de l'environnement, dans une logique de bioraffinerie territorialisée pour la chimie, l'agroalimentaire et le biocontrôle des plantes

 

Sociétés d'Accélération du Transfert de Technologie (SATT)

En matière de transfert de technologie, les laboratoires de recherche de la région Hauts-de-France bénéficie des services de la SATT Nord, dont le CNRS est actionnaire. La SATT Nord fait partie des 13 Sociétés d’Accélération du Transfert de Technologies (SATT) réparties sur le territoire métropolitain et créées dans le cadre du programme « Investissements d’Avenir » de l’Etat Français. En investissant les financements publics de plusieurs dizaines de millions d’euros dont elles bénéficient, ces sociétés par actions simplifiées (SAS) ont pour mission de promouvoir l’innovation, de valoriser les inventions issues de la recherche publique et de faciliter leur transfert vers le monde socioéconomique. Fondées par les établissements d'enseignement supérieur et de recherche et organismes nationaux de recherche nationaux, elles mutualisent, sur un même site, des dispositifs de maturation technologique et d’accompagnement à la création d’entreprises (incubation). Très concrètement, les SATT ont vocation à accompagner les chercheur.euse.s dans la traversée de la « Vallée de la mort » qui sépare la preuve de concept issue du laboratoire du produit ou service commercialisable par une entreprise

Depuis la création de la SATT NORD en 2012, près de 150 projets de maturation ont été réalisés pour un budget cumulé d’un peu plus de 28 M€. Sur près de 150 projets, une soixante impliquait des laboratoires du CNRS et un quart de ces projets ont donné lieu à une licence d’exploitation, essentiellement vers des start-up. Sur les 5 dernières années, la Délégation Régionale a accompagné la création d'une vingtaine de start-up

Les laboratoires de la circonscription situés à Compiègne bénéficient eux des services de la SATT Lutech.

Instituts Carnot

Les Instituts Carnot sont des structures de recherche publique, labellisées par le ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, qui prennent des engagements forts pour mener et développer une activité de recherche partenariale au bénéfice de l’innovation des entreprises et des acteurs du monde socioéconomique

Plusieurs Unités de la circonscription des Hauts-de-France sont impliquées dans des Instituts Carnot, et, en particulier, les laboratoires SCAlab dans l'Institut Carnot Cognition et LAMIH dans l'Institut Carnot ARTS.

Des start-up hébergées par le CNRS

Le CNRS héberge plusieurs start-up dans des bâtiments dont il est propriétaire :

  • Le Laboratoire Central de l’Institut d’Électronique, de Microélectronique et de Nanotechnologie (IEMN) est situé dans un bâtiment dont le CNRS est propriétaire sur le campus Universitaire de Villeneuve d’Ascq. L’IEMN héberge actuellement 3 start-up issues de la valorisation de ses travaux de recherche : VMicro1 , Wavely2  et Zymoptiq3 . Le Laboratoire Central dispose de trois plateformes technologiques réparties sur une surface d’environ 3000 m2, dont une salle blanche de 1600 m2permettant de fabriquer des dispositifs et composants dans le domaine de la micro et nanoélectronique. Cette salle blanche fait partie du réseau national RENATECH regroupant les plus grandes centrales technologiques françaises4
  • L'Institut de Biologie de Lille   (IBL), situé sur le campus de l’Institut Pasteur de Lille   (IPL), héberge la laboratoire CIIL ainsi que la start-up Immune-Insight. Cette start-up du secteur bio-pharma est spécialisée dans l’évaluation préclinique ex vivo et in vivo de nouveaux candidat-médicaments ou nouvelles molécules actives sur le système immunitaire
  • L’Institut de Recherche sur les Composants logiciels et matériels pour l’Information et la Communication Avancée (IRCICA), situé sur le campus CNRS de la Haute Borne (CCHB) de Villeneuve d’Ascq, héberge, depuis 2017, la start-up Go Touch VR . Go Touch VR est un accessoire qui offre la sensibilité du toucher en réalité virtuelle avec un retour haptique ; il permet également la manipulation d’objets virtuels dans l’espace
  • 1Start-up, spécialisée dans le développement de capteurs haute performance basés sur des technologies microsystèmes.
  • 2Start-up, lauréate du concours i-Lab 2018, spécialisée dans l’analyse des sons de l’industrie pour la maintenance prédictive ; elle développe une technologie disruptive de capteurs ultrasonores intelligents, connectés et autonomes.
  • 3Start-up, lauréate du concours i-Lab 2018, spécialisée dans le développement d’un enzymomètre permettant la mesure et le dosage d'activité enzymatique sous toutes ses formes.
  • 4Réseau associant les Unités CNRS IEMN (Lille), LTM (Grenoble), FEMTO-ST (Besançon), LAAS (Toulouse) et C2N (Paris-Saclay).

Innover avec le CNRS

Le CNRS pilote ses relations avec le monde socioéconomique et a fait le choix d'être actionnaire de chacune des 13 Sociétés d’Accélération et de Transferts de Technologie (SATT) dédiées au transfert technologique et à la maturation des inventions issues des laboratoires de recherche publique. Le CNRS s’implique également dans les Pôles de Compétitivité, les Instituts Carnot, les Instituts de Recherche Technologique (IRT) et les Instituts sur la Transition Energétique (ITE).

La Direction des relations avec les entreprises du CNRS, en lien étroit avec les Instituts scientifiques du CNRS, pilote et facilite le cycle de l’innovation. Elle fédère les professionnels de la valorisation, les services Partenariat et Valorisation des 18 Délégations Régionales et CNRS Innovation, sa filiale nationale de valorisation dédiée au transfert de technologie, à la gestion du portefeuille de brevets et à la négociation des accords d’exploitation.

48 start-up créées depuis 2005, dont 41 sont toujours actives
10 laboratoires communs avec de grands groupes, des entreprises de taille intermédiaire (ETI) ou des PME
4000 contrats de financements signés depuis 2010
+ de 150 déclarations d'inventions depuis 2015

La mission du CNRS est de repousser les frontières de la connaissance dans tous les champs disciplinaires. Sa stratégie de valorisation est le prolongement direct de cette mission : il s’agit d’associer les partenaires du monde socioéconomique aux ruptures technologiques qui sont issues des laboratoires de recherche.

Quelques belles réussites

En 2020, deux start-up issues de la recherche sont distinguées par l'agence Hauts-de-France Innovation développement : la start-up G-Lyte portée par Franck BARATH (laboratoires LRCS et LG2A de l'Université Picardie Jules Verne) reçoit le Trophée de l'innovation 2020 dans la catégorie innovation transition énergétique et la start-up Zymoptiq a remporté le prix Force'START-UP 2020  lors des Rencontres Régionales de la Recherche et de l'Innovation.

Le jury national du concours Innovation i-Lab a distingué, au titre de l'année 2019, dans la catégorie « Une énergie, propre, sûre et efficace », la start-up G-Lyte et, dans la catégorie « Santé et bien-être », le projet Axorus porté par Jean-Damien LOUISE a été primé (laboratoire IEMN).

S'agissant des lauréats du concours Innovation i-Lab 2018, 64 lauréats dont 5 issus de la Région Hauts-de-France ont été distingués. Parmi les 383 candidatures reçues au niveau national, 8 d’entre elles étaient issues des Hauts-de-France. Ces projets s’inscrivent dans l’un des 10 grands défis sociétaux définis par l’agenda stratégique France-Europe 2020. Parmi les 5 lauréats1  de la Région Hauts-de-France, 3 projets — InBrain Pharma, Par'Immune et Lattice Medical — sont issus du CHU de Lille et incubés à Eurasanté ; les 2 autres — Wavely et Zymoptiq — sont issus du laboratoire IEMN

  • 1Matthieu FISICHELLA – InBrain Pharma ; Marion AUBERT – Wavely ; Abderrahim LACHGAR – Par’Immune ; Philippe PEBAY – Zymoptiq ; Julien PAYEN – Lattice Medical

Daniel LE BERRE, Informaticien

Père fondateur du logiciel libre Sat4j, utilisé par des millions de personnes à travers le monde, Daniel LE BERRE est Professeur à l’Université d’Artois et chercheur au Centre de Recherche en Informatique de Lens (CRIL, UMR8188). Il a été lauréat de la Médaille de l'Innovation 2018 du CNRS

Audiodescription

Le service Partenariat et Valorisation

Le service Partenariat et Valorisation (SPV) de la Délégation Régionale CNRS Hauts-de-France est un relais précieux vers les différents réseaux et, en particulier, vers la SATT Nord. La mission première du SPV est l’accompagnement des laboratoires de la circonscription dans toutes les démarches d’ingénierie de projets, de protection de la propriété intellectuelle et de valorisation des résultats issus de leur recherche. En apportant des compétences spécifiques (financières, juridiques, etc.) et transverses (réglementation, négociation, etc.), et des outils, méthodes et procédures, le SPV contribue à faire d’un projet porté par un.e. chercheur.euse une réalité formalisée par un document contractuel (contrats de recherche, déclarations d’invention, accords de consortium, accords de secret, etc.), avec des partenaires, nationaux ou internationaux, socioéconomiques ou académiques.

Contacter le SPV